Comment obtenir un consensus thérapeutique en gériatrie

Research output: Chapter in Book/Report/Conference proceedingMeeting abstract (Book)

Abstract

La pratique de la médecine a évoluée d'une attitude paternaliste vers une reconnaissance du droit des patients d'accepter ou de refuser tout traitement. Parallèlement les connaissances et les attitudes thérapeutiques sont autant que possible basées sur des preuves solides d'études randomisées et contrôlées et reproductibles. Les médecins sont donc convaincus du bien fondé de l'attitude proposée et ont du mal à réagir face à des remises en question ou refus de la part des patients. La valeur d'un traitement ou d'une prise en charge d'un patient dépend toutefois non seulement du résultat concernant la pathologie visée, mais en grande partie des priorités et attentes individuelles qui peuvent varier de façon importante en fonction du vécu et des valeurs qui servent de référence à l'individu. La difficulté prend donc son origine dans l'absence de valeurs universellement reconnues par tout individu et le respect de l'autonomie non seulement fonctionnelle, mais également décisionnelle des patients.
Par ailleurs le meilleur traitement est futile si les intervenants médicaux n'obtiennent pas une bonne observance thérapeutique de la part du patient, ce qui requiert l'accord de ce dernier.

Certaines situations médicales restent encore indéfinies même à l'ère de l'EBM (evidence based medicine), tel le meilleur moment du passage d'une attitude curative à une attitude palliative.

L'exposé donnera une ligne de conduite très pragmatique (et peut-être scolaire ?) qui peut aider les médecins at autres intervenants dans les soins médicaux à évoluer vers un consensus thérapeutique quiu tiendra compte et des données médicales solides disponibles et des préférences individuelles des patients, sans risquer d'aboutir à un blocage ou une opposition entre patient et soignant, toujours péjoratif en termes de prise en charge. Les principes de base sont la recherche de ce qui est le mieux pour le patient, le fait de ne rejeter aucune réaction ou attitude d'emblée, de ne pas personnaliser le débat en cas de conflit et de proposer une évaluation de toute attitude choisie. En pratique on cherchera à identifier et réunir les décideurs potentiels, à donner une information claire, à prendre le temps d'écouter les réctions et motivations du patient, à reformuler l'information reçue àfin d'être certain d'avoir la même compréhension du problème posé. Ensuite seulement on guidera le débat entre les différentes options thérapeutiques en étant le plus transparent possible en ce qui concerne la manière de procéder. Il ne s'agira pas de se décharger de notre responsabilité médicale, mais de permettre un choix éclairé dans le meilleur intérêt du patient. Cette démarche exige certes un investissement en temps, mais évite de "perdre du temps" à rattraper une relation patient-soignant négative.
Original languageFrench
Title of host publication1ére Journée de Gériatrie de l'Hôpital Erasme, ULB
Place of PublicationBrussels
Publication statusPublished - 22 Apr 2010

Keywords

  • consensus building
  • treatment
  • geriatric patient

Cite this