Éthique du multilinguisme : Réflexions sur la condition translangagière de la traduction littéraire

Sepp, A. (Speaker), Humblé, P. (Speaker)

Activiteit: Talk or presentation at a conference

Description

Le monde en tant qu’endroit doté de sens est toujours médiatisé symboliquement et, plus spécifiquement, par le langage. Par conséquent, comprendre et envisager l'altérité de l’Autre dans le monde par le biais des processus de signalisation, est le défi de toute éthique. Depuis le cultural turn, l'intérêt pour une herméneutique de la différence et de l'étrangeté, articulées dans le pluralisme linguistique des textes littéraires, est au centre des d'études littéraires et des études de la traduction (voir. Radaelli 2011, p 19). Une éthique de la communication de la conversation, la volonté de se comprendre en tant que traduction, fait que Zafer Şenocak affirme : « Toute conversation qui se veut d’être plus qu'une rencontre de monologues, est une traduction" (2011, p 17). Pour comprendre l’Autre, il est nécessaire de confier dans son honnêteté, et cette compréhension dépend toujours du langage, telle comme le souligne Hans-Georg Gadamer dans Vérité et méthode, sa philosophie de l'herméneutique de la langue. La langue agit toujours en tant que « horizon limite d'une expérience herméneutique de l’être » (Stolze 2003, p 71), aussi de celle de l’Autre et de sa compétence linguistique. Dans cette communication, nous nous concentrerons sur l'éthique du multilinguisme à partir de deux perspectives. D'une part nous nous pencherons sur la relation entre l'altérité et la réflexivité linguistique. D'autre part, nous nous occuperons de la signification éthique de la traduction. Le multilinguisme dans la littérature est souvent signe d'une grande réflexivité linguistique qui montre la contingence des systèmes de règles linguistiques (voir. Radaelli 2011, p 38). En mettant en évidence le caractère arbitraire des signes linguistiques, tout comme leur absence de référentialité, l'idée de « possession de la langue" est soumise à une critique déconstructive. La langue est toujours déjà de l’Autre et mène à ce que, dans la littérature multilingue, la différence entre la langue maternelle et la langue étrangère est souvent relativisée (voir Heimböckel 2013, p.142 ; Sabisch 2007, p 56).
Periode5 mei 2017
EvenementstitelTraduction & Philosophie: Colloque International
EvenementstypeConference
LocatieLiège, Belgium
Mate van erkenningInternational